Recherche
Le blog du pays d'Evian - vallée d'Abondance > Découvrez > Sidonie Bochaton : archéologue médiéviste au service du patrimoine

Sidonie Bochaton : archéologue médiéviste au service du patrimoine

Docteure en archéologie de l’université Lumière-Lyon II depuis juin 2021, Sidonie Bochaton a consacré 10 ans de sa vie au Prieuré de Meillerie. Mais s’est également penchée sur l’Abbaye d’Abondance et le Prieuré de Saint-Paul-en-Chablais. Des travaux précieux pour mieux comprendre l’Histoire. Mais également pour inspirer les romans historiques dont elle est l’auteure.

Sidonie Bochaton à l’abbaye d’Ambronay.
©A. Grattier (Lyon 2)

Sidonie Bochaton est originaire de Thollon-les-Mémises et d’aussi loin qu’elle se souvienne, elle a toujours rêvé de devenir archéologue. Certainement enthousiasmée par la passion de ses parents férus d’histoire et d’archéologie eux-mêmes.
Inspirée, déjà, par les ruines romaines, les châteaux du Moyen Âge, tels Chillon et Gruyère en Suisse, elle n’a en revanche découvert qu’au cours de ses études l’intérêt du Prieuré de Meillerie dont elle était pourtant voisine. Une « rencontre » qui sonne comme une évidence. Devenue étudiante en archéologie médiévale, Sidonie Bochaton entend percer le mystère de cet édifice jamais étudié jusqu’alors.

Des recherches acharnées pendant près de dix ans

Alors que son but initial était uniquement de nourrir son sujet de master (2009 à 2012), l’universitaire se lance ainsi dans une décennie intense de recherche. Ses travaux sur le Prieuré se poursuivront en effet bien au-delà de cette échéance. Et elle continuera de les mener en parallèle de sa thèse consacrée à un autre édifice médiéval emblématique du Pays d”Évian Vallée d’Abondance, l’Abbaye d’Abondance de 2015 à 2021.  Point commun ? « Tous deux sont des monastères de chanoines réguliers » explique celle qui est devenue une référence dans le domaine. Il aura pourtant fallu faire preuve de persévérance pour découvrir l’Histoire dissimulée derrière les murs du Prieuré.

« A l’époque, on m’a beaucoup dit que je n’y arriverais pas, les archives étant considérées perdues» .

Cela ne suffit pas à décourager cette passionnée qui retrouve, après des recherches approfondies et un parcours jalonné de découvertes et de surprises, entre col du Grand Saint Bernard et Lausanne, la trace des précieux documents… dans la capitale du Piémont.
« Les archives des dépendances de l’ordre des saints Maurice et Lazarre ayant en effet été emportées à Turin vers 1754. »

Passage de relais

Symboliquement, en 2020, année des 800 ans de l’ouvrage, Sidonie Bochaton boucle ce marathon de recherches par la publication d’une synthèse scientifique.


« Cette démarche archéologique et historique a été cruciale pour comprendre le bâtiment religieux, la vie des chanoines réguliers qui y vivaient mais plus globalement pour étudier l’histoire du Chablais et du pays de Gavot et même de la Savoie Médiévale. ».

Toutes les interrogations ne sont certes pas levées mais l’experte passe le relais avec ce sentiment de travail accompli. « Il y a encore à découvrir mais je m’arrête ici, passant la main désormais aux historiens. »

Prieuré de Meillerie – ©CCPEVA

Quand une romancière se cache derrière l’archéologue médiéviste

La Haut-Savoyarde n’a pas pour autant abandonné sa passion pour l’époque médiévale. Et s’attèle désormais à terminer le troisième ouvrage de sa saga après Le Prieur de Meillerie et Le lépreux de Lugrin.
« Ces romans historiques sont basés sur des faits réels et trouvent un écho fort auprès des gens de la région. On comprend comment vivaient les gens au Moyen Âge au cœur de ce territoire » note la romancière.
Ce troisième opus offrira cette fois-ci au lecteur un voyage entre pays de Gavot, Faucigny et Vieux-Chablais. Parution prévue pour 2022 !

Une expertise qui a aussi bénéficié au Prieuré de Saint-Paul-en-Chablais

Les amateurs de patrimoine de la région ne s’y sont pas trompés : référence en matière d’archéologie médiévale, Sidonie Bochaton ne pouvait s’être désintéressée de l’ancien Prieuré de Saint-Paul-en-Chablais ! « J’ai été sollicitée dès 2014 par la mairie pour faire un bilan archéologique de la commune. Le Prieuré n’était alors pas considéré comme un site à haut potentiel».

Les recherches de l’universitaire la mèneront alors vers la raison d’être de cet édifice :
« Il a été construit pour accueillir les sépultures de la famille Blonay, famille de très haute noblesse de la région commanditaire du Prieuré vers 1200».
Le dernier membre, maire d’ Évian-les-Bains, y a ainsi été enterré, près de sept siècles après sa création, au 19e siècle. Des recherches qui amèneront par ailleurs à découvrir la fameuse fresque intérieure, découverte l’an dernier après cinq années de démarches. Une fresque représentant un Couronnement de la Vierge « et qui avait été recouverte par de la peinture».


Sidonie Bochaton donnera une conférence ouverte au grand public samedi 18 septembre à 19h sur le site à l’occasion des Journées européennes du Patrimoine. Une belle occasion de partager, là aussi, son expertise et ses découvertes.

Saint Paul en Chablais
Retrouvez tout le programme des Journées européennes du patrimoine du pays d’Evian vallée d’Abondance

Romans Le Prieur de Meillerie (2016) et Le lépreux de Lugrin (2019), éditions Cabédita.
Monographie scientifique Meillerie. Un prieuré fortifié de chanoines réguliers (12e-19e siècle), éditions de l’Académie salésienne (2020).

3 septembre 2021 - par Mélanie Pontet, Office de tourisme Pays d'Evian vallée d'Abondance

Cet article vous a t'il plu ?

Cliquer sur une étoile pour donner votre avis

Note moyenne 5 / 5. Nombre de vote : 2

Soyez le premier à donner votre avis !

Partagez-cet article

Une réponse sur « Sidonie Bochaton : archéologue médiéviste au service du patrimoine »

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *