Recherche
Le blog du pays d'Evian - vallée d'Abondance > Non classé > La Savoie, naviguer comme naguère…

La Savoie, naviguer comme naguère…

Voilà 20 ans que La Savoie, réplique de la barque à voiles latines éponyme du début du XXe siècle, vogue sur les eaux du Léman. Majestueuse, silencieuse et élégante, elle s’est ancrée fièrement dans le paysage et patrimoine lémaniques. Mais connaissez-vous vraiment son histoire ? Retour sur ce pari fou lancé à l’aube des années 2000 qui perdure grâce à un équipage de passionnés.

Barque latine La Savoie

C’est l’histoire de La Savoie,

une barque construite en 1896 et dont les grandes voiles latines ont traversé le paysage du Léman quatre décennies durant. L’histoire d’une barque de 35m utilisée jusqu’à la Seconde Guerre Mondiale pour transporter différents matériaux d’un point à l’autre du lac et notamment des pierres extraites des carrières de Meillerie. L’histoire d’une barque emblématique dont la silhouette élégante a largement inspiré l’art, la photographie, la littérature -et plus globalement- l’imaginaire lémaniques.

A la fin des années 90, quelques passionnés de l’association Mémoire du Léman se lance un projet fou : pourquoi ne pas créer une réplique de La Savoie ? Un challenge utopique mais qui va pourtant voir le jour en 2000 après des années de labeur et le soutien sans faille de bénévoles, mécènes et partenaires infaillibles comprenant notamment plusieurs communes du Léman.

« Le  président fondateur de l’association, Christian Fernex, et ses acolytes sont partis d’une page blanche raconte avec émotion Alexandre Pierlot. Ils sont partis de 3 pièces de bois pour construire un bateau de 35m et de 100 tonnes… »

Alexandre Pierlot président de l’association

Celui qui vient tout juste de reprendre, à 44 ans, la casquette de président nous emmène à la barre de ce bateau d’exception.

A la découverte de la plus grande barque à voiles latines reproduite qui vogue chaque été sur le lac pour des rotations quotidiennes ouvertes au grand public mais également pour des événements locaux autant que pour des privatisations (séminaires, mariages ou anniversaires). 

Alexandre Pierlot, que ressent-on quand on navigue sur La Savoie ?

« Il faut monter sur un bateau à voile de 35m pour le comprendre… Quand vous êtes au milieu du lac, vous n’avez plus aucun bruit, seulement le craquement du bois et la mélodie du vent qui vient se heurter aux  voiles. C’est un échappatoire, une parenthèse magique dans le quotidien. Toutes les heures de travail nécessaires pour pouvoir faire naviguer cette barque sont récompensés par ces moments suspendus. » 

C’est quoi aujourd’hui être « bacounis » sur La Savoie  ?

« C’est avant tout une aventure humaine, de personnes qui aiment naviguer certes, mais qui ont surtout envie de partager une histoire ensemble. Notre association réunit autant des petits ouvriers que des directeurs d’entreprises ou des médecins. Tout le monde est sur un même pied d’égalité et ceux qui veulent devenir « patrons » (autrement dit capitaines) sont formés. Nous réunissons aujourd’hui 180 personnes dans l’association dont 90 équipiers navigants et 5 patrons, de 85 ans à 16 ans… L’une de nos grandes fiertés, c’est justement que les enfants des équipiers ou patrons prennent la relève à leur tour dans cette association plus que jamais intergénérationnelle. » 

[Bacounis : le nom donné aux bateliers]

Pourquoi conserver cette structure associative 20 ans après le lancement de la réplique de La Savoie ?

« Parce que nous sommes tous bénévoles ! Notre structure ne compte aucun salarié même si nous sommes considérés comme des professionnels en matière de maintenance du bateau, de formations de l’équipage, d’attestation pour recevoir des passagers… Et l’argent des billets permet uniquement de payer l’entretien du bateau. Seules les aides ponctuelles de la région, du département et des communes nous permettent de poursuivre. Tout est donc question de passion, pas de business ! » 

La Savoie et ses bacounis

Toutes voiles dehors sur les événements locaux.

Evénements sportifs, festifs, culturels ou de terroirs, La Savoie « la seule barque française sur le Léman et la plus grande et la plus belle du lac » selon le président, hisse ses voiles tout au long de la saison estivale. De l’incontournable Festival Festi’Léman évidemment fin mai à la Traversée du Léman à la nage en passant par des rendez-vous patrimoine organisés par les différents villages bordant le lac. «Début juillet, pour les 20 ans, nous devons par exemple, comme à l’époque, charger 4 à 5 tonnes de pierres à Meillerie pour les mener jusqu’à Saint Gingolph. » 

2 juillet 2020 - par Mélanie Pontet

Cet article vous a t'il plu ?

Cliquer sur une étoile pour donner votre avis

Note moyenne 0 / 5. Nombre de vote : 0

Soyez le premier à donner votre avis !

Partagez-cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *