Recherche
Le blog du pays d'Evian - vallée d'Abondance > Non classé > Joana Escobet, gardienne du refuge de la dent d’Oche

Joana Escobet, gardienne du refuge de la dent d’Oche

“Je suis curieuse, j’aime rencontrer de nouvelles personnes, écouter leurs histoires, leur préparer de bons petits plats avec des produits bio et locaux.”

Joana escobet

A 32 ans, Joana Escobet entame sa deuxième saison estivale comme gardienne du refuge de la Dent d’Oche, un refuge emblématique du pays d’Evian vallée d’Abondance perché à 2114m d’altitude, lové 100m seulement sous le sommet.  La trentenaire catalane a repris en 2019 le poste de gardienne. La jeune femme a donc quitté ses Pyrénées natales pour venir faire son nid dans le Chablais. Au delà de son amour inconditionnel pour la montagne, elle a véritablement ajouté « sa patte » au refuge, l’imprégnant de son caractère, son énergie, ses engagements et sa passion.

Joana Escobet à droite

La dent d’Oche et ses 2222 mètres d’altitude

Située au cœur du pays de Gavot en Haute-Savoie, la Dent d’Oche est une attraction naturelle de premier choix. Avec ses 2 222 m d’altitude et sa randonnée grandiose, elle séduit les amateurs de challenges montagnards relevés.

Joana Escobet : « Perchée mais jamais seule ! »

Depuis l’été 2019, Joana Escobet est la gardienne du Refuge de la Dent D’Oche qui gît à son sommet. Elle nous partage sa vision du lieu. 

Comment une jeune Catalane de 32 ans devient gardienne du refuge de la Dent d’Oche ? 

“J’ai grandi dans les Pyrénées catalanes et passé mon temps à arpenter les montagnes. Ce métier de gardien de refuge me faisait rêver et je me voyais déjà préparer des chocolats chauds pour les petits randonneurs frigorifiés ! Après avoir travaillé dans la restauration pour payer mes études, je suis devenue prof de Catalan à l’université de Grenoble. J’ai commencé comme aide gardienne pendant l’été avant de devenir l’an dernier gardienne de la Dent d’Oche que j’ai découvert en venant rendre visite il y a quelques années à un copain qui y travaillait.”

Comment est agencé votre refuge ?

“Le bâtiment a été construit en 1914 et inauguré en 1919. L’année dernière nous avons donc célébré son centenaire en bonne et due forme avec la fanfare de Bernex. Nous avons aussi fait des rénovations. Il y a trois dortoirs de 18, 16 et 11 places. L’espace collectif peut recevoir jusqu’à 45 personnes et la terrasse dispose de quatre grandes tables. Comme nous sommes presque au sommet, il n’y a pas de source d’eau. Je récupère donc l’eau de pluie. Cela peut surprendre au début mais finalement tout le monde s’adapte toujours bien.”

Qu’est-ce que vous aimez par dessus tout dans ce métier particulier ?

“Je suis « perchée » mais rarement seule, en collocation avec 45 personnes tous les soirs ! Je suis curieuse, j’aime rencontrer de nouvelles personnes, écouter leurs histoires, leur préparer de bons petits plats avec des produits bio et locaux. Il faut être passionné aussi et un peu hyperactif avec des journées à rallonge. Heureusement que ma sœur ainée vient me prêter main forte toute la saison !”

Le refuge de la dent d’Oche

« Des journées intenses de 7h à 22h »

Le restaurant est ouvert le midi et le soir, quelles sont vos spécialités ?

“Tout est fait maison par mes soins ! Je fais en sorte de privilégier des produits locaux comme ceux de la Ferme des Chalets d’Oche qui produit une tomme incroyable, du fromage d’Abondance ou encore, « le Bernex », de leur cru. Je collabore aussi avec Les Charcuteries Simon à Vinzier qui proposent une coppa dont les gens raffolent. Pour le reste, ce sont des plats uniques et équilibrés où je favorise les protéines végétales.”

Ce métier ne vous a donc jamais effrayée ?

“Non, j’ai toujours aimé la montagne, les changements. Je sais que j’ai un métier pas commun mais je vois qu’il devient de plus en plus féminin. C’est un job qui est prenant, la journée commence à 7h et se termine rarement avant 22h. Il faut être plus que passionnée. Mais j’aime aussi savoir qu’après ces 5 mois haletants, j’ai le droit à un vrai break pendant lequel je profite autrement de la montagne notamment grâce au ski de randonnée en hiver.”

L’expérience : La randonnée sportive au départ du parking du restaurant « La Fétiuère », jusqu’au sommet par les Chalets d’Oche. Comptez 3 km et 900 m de dénivelé. 
Le lieu : Repas, soirée conviviale et nuit au Refuge de la Dent d’Oche, à peine 108 m sous le sommet !

4 juin 2020 - par Office de tourisme Pays d'Evian vallée d'Abondance

Cet article vous a t'il plu ?

Cliquer sur une étoile pour donner votre avis

Note moyenne 3 / 5. Nombre de vote : 1

Soyez le premier à donner votre avis !

Partagez-cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *