Recherche
Le blog du pays d'Evian - vallée d'Abondance > Non classé > Jean-Claude Bétemps, l’homme qui a rêvé au parapente (et qui l’a imaginé !)

Jean-Claude Bétemps, l’homme qui a rêvé au parapente (et qui l’a imaginé !)

« Thollon, le plus bel endroit de la terre pour voler ! »

jean-claude betemps

Installé à Thollon-les-Mémises où il continue de déployer les ailes de ses parapentes toute l’année, Jean-Claude Bétemps est à l’origine même de la discipline à la fin des années 70. Rencontre avec ce drôle d’oiseau amoureux des airs et féru de sa région, l’homme qui a rêvé au parapente !

Il n’a finalement jamais vraiment eu les pieds sur terre.

Au sens propre du moins. Et les chanceux qui s’élancent avec lui depuis le sublime site de Thollon pour un baptême inoubliable ne savent souvent pas qui se cache derrière l’identité de ce septuagénaire dynamique et passionné.  Et pourtant, derrière ce sourire affable et ce regard pétillant, derrière ce visage sculpté par le soleil et le vent haut-savoyards et cet entrain de jeune homme, se dissimule tout simplement le fondateur du parapente. Né en 1949 à Annemasse, Jean-Claude Bétemps, Chablaisien pure souche, a en effet écrit les premières pages de l’histoire de la discipline. 

1978 : le tout premier vol dans le Chablais avec une toile de parachute

Flash-back à la fin des années 70. Connecté très jeune à l’univers du ciel «Gamin, j’étais déjà emballé par mes visites à l’aérodrome d’Annemasse avec mon père », Jean-Claude se passionne rapidement pour le parachutisme qu’il découvre à l’Armée. Quasi pro, il participe avec son club à de multiples compétitions aux quatre coins de l’Europe. Mais un détail commence à le chiffonner. « Le parachute était une discipline très onéreuse et dépendait de l’avion. Je voulais absolument pouvoir décoller d’une pente ».

Par économie d’argent et de temps et pour toucher du doigt une liberté encore plus intense, le passionné commence à cogiter… A travailler et à se renseigner auprès d’experts de l’aéronautique pour comprendre comment sa voile de parachute pouvait  s’adapter. Le 25 juin 1978, l’un de ses amis au club, André Bohn a trouvé le spot idéal pour un tout premier essai… Les voilà sur les hauteur de Mieussy depuis le sommet du Perthuiset. « Un premier test concluant pour atterrir 100m puis loin puis un vrai vol pour passer la crête et se poser sur le stade de foot. » Le parachute de pente est né !

Une passion essaimée aux quatre coins du Chablais… jusqu’à La Réunion

Les prémices d’une belle histoire qui va s’accélérer. Jean-Claude devient dès 1984 directeur technique du club des Choucas à Mieussy, le premier Club-école en France à développer le parapente. Le pari est réussi. Et permet au Chablaisien d’en vivre. Deux ans plus tard, la première voile dédiée au parapente est commercialisée, une fédération de vol libre est créée puis un brevet d’état en 1987 tandis que les premiers Mondiaux de la discipline sont organisées à l’aube des années 1990. Au cours cette décennie, Jean-Claude Bétemps s’envole pour une nouvelle aventure du côté de la Réunion avant de regagner son nid, près du Léman. Il y crée sa quatrième école de parapente, Air Léman, à Thollon. « Le plus bel endroit de la terre pour voler ! », entre montagnes et vue époustouflante sur le lac Léman. Impossible pour l’homme de savoir combien il a pu réaliser de vols au cours de son existence. Mais certains l’ont marqué plus que d’autres. Comme celui réalisé avec la navigatrice et aventurière éviannaise Peggy Bouchet en 2017. Un moment suspendu dans le temps entre la première femme à avoir traversé l’océan Atlantique à la rame et le pionnier du parapente ! « Et un excellent souvenir partagé avec cette femme très sympathique. »

Les mêmes sensations qu’au premier jour

En baptême ou en solo, avec un débutant comme une célébrité, une chose est sûre : le parapentiste est animé par les mêmes sensations qu’au premier jour. « Jamais je ne m’en lasserai. J’aime plus que tout ces vols à l’état pur ! Pourquoi le parapente est-il si addictif à votre avis ? » Probablement parce qu’on éprouve une sensation de liberté difficile à expliquer. Et qui anime Jean-Claude, encore, plus de quarante ans après son tout premier essai. « La discipline a évolué dans le bon sens. Les accidents sont rares et le matériel n’est jamais fautif. C’est l’homme qui ne doit jamais voler au dessus de ses moyens. » Plus qu’un mode de vie : une véritable école de l’humilité. 

Copyright Nicolas Blandin

Vivez l’expérience d’un vol au dessus du Léman : cliquez ici

24 juin 2020 - par Office de tourisme Pays d'Evian vallée d'Abondance

Cet article vous a t'il plu ?

Cliquer sur une étoile pour donner votre avis

Note moyenne 0 / 5. Nombre de vote : 0

Soyez le premier à donner votre avis !

Partagez-cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *